Développer une recherche pour un nucléaire durable et des énergies alternatives

Zoom Sur

Nanoparticle foam flotation for caesium decontamination using a pH-sensitive surfactant

Cyril Micheau, Dmytro Dedovets, Pierre Bauduin, Olivier Diat and Luc Girard, Environ. Sci.: Nano, 6, 1576-1584 (2019)

Equipe L2IA
 

Les dernières actualités de l´ICSM

Annonces

Chimie Séparative : Bientôt des procédés plus verts pour le recyclage des métaux

Des chimistes de l'ICSM en collaboration avec le Max Planck Institute of Colloids and Interfaces et l’Université de Ratisbonne (Allemagne) sont parvenus à comprendre le comportement de molécules extractantes utilisées dans le cadre du recyclage et de la décontamination des métaux.

Lire la suite...


Equipes

Laboratoire Ions aux Interfaces Actives (L2IA)

Objectif de l'équipe: développer une problématique de chimie-physique aux interfaces qui se décline principalement aux interfaces liquide/liquide et liquide/air en prenant en compte la spéciation des systèmes chargés en solution.

Equipements

Microscopies électroniques

Un MET de type JEOL et un MEB environnemental de chez FEI sont accessibles à l'ICSM

L'Institut de Chimie Séparative de Marcoule (ICSM)

Créé en janvier 2007, l'Institut de Chimie Séparative de Marcoule (ICSM) est une Unité Mixte de Recherche (UMR 5257) entre le Commissariat à l'Energie Atomique et aux Energies Alternatives (CEA), le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), l'Université Montpellier (UM) et l'Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Montpellier (ENSCM). L'ICSM est composé de 8 équipes de recherche ou laboratoires travaillant en étroite collaboration (voir le rapport scientifique 2015 – 2018) :

Il est également rattaché au pôle chimie Balard réunissant les 4 instituts de chimie de Montpellier dont l'Institut Européen des Membranes (IEM), l'Institut Charles Gerhardt de Montpellier (ICGM) et l'Institut des biomolécules Max Mousseron (IBMM).

Innover pour séparer, trier et recycler

Les missions premières de l'ICSM répondant aux enjeux énergétiques consistent à

  • Développer la recherche fondamentale en chimie et physico-chimie, nécessaire à l'essor des énergies décarbonées, dans un contexte de raréfaction des ressources naturelles ;
  • Développer une recherche pour un nucléaire durable et des énergies alternatives nécessitant des avancées majeures en chimie séparative, afin d'économiser les ressources et recycler les matières valorisables (métaux stratégiques).