Développer une recherche pour un nucléaire durable et des énergies alternatives

Les dernières actualités de l´ICSM

Annonces

Soutenance de thèse de Susan SANANES ISRAEL

de l'équipe LNER et sur le sujet suivant:
« Surfaces de silice fonctionnalisées par voie CO2 supercritique : effets du confinement et comportement en solution aqueuse ».

Soutenance prévue le mardi 18 septembre 2018 à 10h  (Auditorium ICSM).

Soutenance de thèse de Maximilian PLEINES

de l'équipe LTSM et sur le sujet suivant:
« Contrôle et estimation de la viscosité de micro-émulsions ».

Soutenance prévue le mardi 6 novembre 2018 à 15h  (Auditorium ICSM).


Equipes

Laboratoire de Modélisation Mésoscopique et Chimie Théorique (LMCT)

Objectif de l'équipe : étudier les systèmes complexes, en particulier ceux mis en jeu dans la chimie séparative, par une approche multi-échelle avec un intérêt tout particulier pour les modélisations aux échelles mésoscopiques.

Equipements

Interfaces solide/liquide/gas

plusieurs techniques de caractérisation des interfaces solides, liquides existent à l'ICSM afin de quantifier des phénomènes de sorption ou de transfert et échange.

L'Institut de Chimie Séparative de Marcoule (ICSM)

Créé en janvier 2007, l'Institut de Chimie Séparative de Marcoule (ICSM) est une Unité Mixte de Recherche (UMR 5257) entre le Commissariat à l'Energie Atomique et aux Energies Alternatives (CEA), le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), l'Université Montpellier (UM) et l'Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Montpellier (ENSCM). L'ICSM est composé de 8 équipes de recherche travaillant en étroite collaboration (voir le rapport scientifique 2011 – 2014) :

Il est également rattaché au pôle chimie Balard réunissant les 4 instituts de chimie de Montpellier dont l'Institut Européen des Membranes (IEM), l'Institut Charles Gerhardt de Montpellier (ICGM) et l'Institut des biomolécules Max Mousseron (IBMM).

Innover pour séparer, trier et recycler

Les missions premières de l'ICSM répondant aux enjeux énergétiques consistent à

  • Développer la recherche fondamentale en chimie et physico-chimie, nécessaire à l'essor des énergies décarbonées, dans un contexte de raréfaction des ressources naturelles ;
  • Développer une recherche pour un nucléaire durable et des énergies alternatives nécessitant des avancées majeures en chimie séparative, afin d'économiser les ressources et recycler les matières valorisables (métaux stratégiques).