Développer une recherche pour un nucléaire durable et des énergies alternatives

Les dernières actualités de l´ICSM

Annonces

Chimie Séparative : Bientôt des procédés plus verts pour le recyclage des métaux

Des chimistes de l'ICSM en collaboration avec le Max Planck Institute of Colloids and Interfaces et l’Université de Ratisbonne (Allemagne) sont parvenus à comprendre le comportement de molécules extractantes utilisées dans le cadre du recyclage et de la décontamination des métaux.

Lire la suite...

Soutenance de thèse de Tania MEHRI

de l'équipe L2IA et sur le sujet suivant :
« Physico-chimie du nano-ion cobalt-bis-dicarbollide en interaction avec des interfaces (biologiques) ».

Soutenance prévue le lundi 5 octobre 2020 à 10h00 (Auditorium ICSM).


Equipes

Laboratoire des Nanomatériaux pour l'Energie et le Recyclage (LNER)

Objectif de l'équipe: l'étude de nanomatériaux pour l’énergie et pour le recyclage avec comme déclinaisons applicatives, l'énergie nucléaire et les énergie alternatives.

Equipements

Spectromètre RMN

Spectromètre BRUKER ADVANCE 400MHz dédié à l'étude de chimie moléculaire et la physico-chimie supramoléculaire en solution

L'Institut de Chimie Séparative de Marcoule (ICSM)

Créé en janvier 2007, l'Institut de Chimie Séparative de Marcoule (ICSM) est une Unité Mixte de Recherche (UMR 5257) entre le Commissariat à l'Energie Atomique et aux Energies Alternatives (CEA), le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), l'Université Montpellier (UM) et l'Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Montpellier (ENSCM). L'ICSM est composé de 8 équipes de recherche ou laboratoires travaillant en étroite collaboration (voir le rapport scientifique 2015 – 2018) :

Il est également rattaché au pôle chimie Balard réunissant les 4 instituts de chimie de Montpellier dont l'Institut Européen des Membranes (IEM), l'Institut Charles Gerhardt de Montpellier (ICGM) et l'Institut des biomolécules Max Mousseron (IBMM).

Innover pour séparer, trier et recycler

Les missions premières de l'ICSM répondant aux enjeux énergétiques consistent à

  • Développer la recherche fondamentale en chimie et physico-chimie, nécessaire à l'essor des énergies décarbonées, dans un contexte de raréfaction des ressources naturelles ;
  • Développer une recherche pour un nucléaire durable et des énergies alternatives nécessitant des avancées majeures en chimie séparative, afin d'économiser les ressources et recycler les matières valorisables (métaux stratégiques).