Développer une recherche pour un nucléaire durable et des énergies alternatives

Zoom Sur

Selective layer-free blood serum ionogram based on ion-specific interactions with a nanotransistor

We show that scaling a silicon nanotransistor sensor down to ~25 nm provides a unique opportunity to understand and exploit ion-specific surface interactions

Equipe LMCT
 

Les dernières actualités de l´ICSM

Annonces

Soutenance de thèse de Marine COGNET

de l'équipe LHYS et sur le sujet suivant :
« Elaboration de matériaux hybrides pour le stockage de l’énergie et le recyclage de batteries Li-ion ».

Soutenance prévue le lundi 9 septembre 2019 à 14h00 (Auditorium ICSM).


Equipes

Laboratoire des Systèmes HYbrides pour la Séparation (LHYS)

Objectif de l'équipe: étudier les propriétés de systèmes moléculaires et supramoléculaires auto-assemblés, à base de métaux (d et f) pour appréhender les mécanismes de séparation d’éléments et la formation de matériaux d'intérêt.

L'Institut de Chimie Séparative de Marcoule (ICSM)

Créé en janvier 2007, l'Institut de Chimie Séparative de Marcoule (ICSM) est une Unité Mixte de Recherche (UMR 5257) entre le Commissariat à l'Energie Atomique et aux Energies Alternatives (CEA), le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), l'Université Montpellier (UM) et l'Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Montpellier (ENSCM). L'ICSM est composé de 8 équipes de recherche ou laboratoires travaillant en étroite collaboration (voir le rapport scientifique 2015-18) :

Il est également rattaché au pôle chimie Balard réunissant les 4 instituts de chimie de Montpellier dont l'Institut Européen des Membranes (IEM), l'Institut Charles Gerhardt de Montpellier (ICGM) et l'Institut des biomolécules Max Mousseron (IBMM).

Innover pour séparer, trier et recycler

Les missions premières de l'ICSM répondant aux enjeux énergétiques consistent à

  • Développer la recherche fondamentale en chimie et physico-chimie, nécessaire à l'essor des énergies décarbonées, dans un contexte de raréfaction des ressources naturelles ;
  • Développer une recherche pour un nucléaire durable et des énergies alternatives nécessitant des avancées majeures en chimie séparative, afin d'économiser les ressources et recycler les matières valorisables (métaux stratégiques).